1875 Le déjeuner des rameurs

Ce tableau qui représente le restaurant Fournaise à Chatou surprend d'abord celui qui y cherche des ressemblances avec le célèbre "Déjeuner des canotiers". Mais le "Déjeuner des canotiers" figure des groupes d'interlocuteurs soudés, alors que dans le "Déjeuner des bateliers" personne ne se parle, et pour qu'on ne s'y méprenne pas, Renoir a été jusqu'à détourer la tête de la femme vue de dos au premier plan, ce qui la nimbe, la rend muette comme une statue et quelque peu métamère : quand on la regarde de loin, la tête est plus ou moins violacée selon qu'on engloge ou non dans son regard le bateau et les bouteilles jaunes.

Je ne vois pas beaucoup le calme dans l'œuvre de Renoir, mais ce tableau sort de l'atmosphère vivante mais agitée et parfois trépidante, où baigne son œuvre, et me fait penser à Prud'hon, non pas dans le mode d'exécution, mais dans l'inspiration, bien que Renoir soit si profondément antireligieux qu'il ne peut même pas envisager l'allégorie. Dans un monde profane, on ne se parle plus, on regarde encore, on digère surtout. Et, contrairement aux critiques qui voient dans ce tableau une variante ratée du "Déjeuner des canotiers", je trouve que c'est très bien fait, vraiment très bien.