25 juillet 2014

Hôpital de jour

Comme on entend tout, et que les relations qui s'enveniment deviennent bruyantes, je remarquais que le malade n'écoutait pas et n'entendait pas ce que le médecin lui disait, mais aussi, de façon tout aussi évidente, que le médecin n'entendait pas et ne comprenait pas ce que le malade lui répondait. Le médecin s'énervait, le temps passait, le téléphone sonnait, le médecin était excédé, l'heure de la consultation était passée, et le même dialogue de sourds se répétait, plusieurs dizaines de fois, sans avancer d'un iota. Il se résume à... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 06:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juillet 2014

Chéramy

Invariablement, il s'adresse à n'importe quel interlocuteur en l'appelant "Cher ami" qu'il prononce  d'une voix aigüe avec une expression affable, pas très naturelle, mais pas forcée non plus, qu'on ne peut pas nommer sourire. Comme il joue de la clarinette, je dirai que la formule donne le ton d'une petite musique de cérémonie, mi-blague, mi-sentence, qui le caractérise si bien que dans le quartier où tout le monde le connait, personne ne l'appelle autrement que Chéramy.Professeur de prépa à Stan où il enseigne l'anglais, on le... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2014

Mirbeau

Il faut l'admettre comme il est. C'est une telle banalité de dire cela qui est vrai pour tout le monde, qu'il faut un peu préciser.D'abord cela veut dire qu'il est inattendu. Quand on croit l'avoir compris et l'attend dans un chapître qui s'ouvre comme une suite du chapître précédent, on est toujours dérouté. Systématiquement la première phrase prend  cette attente à contre pied et vous emmêne dans une nouvelle histoire. On peut alors être déçu d'être privé de la suite qu'on avait quelque peu imaginée et de la voir s'évanouir... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juillet 2014

A propos de l'espace

  Ce sont deux fresques gigantesques. Elles sont toutes les deux au Vatican et ont été peintes presque en même temps. Chacune a un sujet religieux et a été peinte par un artiste de toute première catégorie. Mais Michel Ange place les objets dans le vide tandis que Raphaël place les objets dans l’espace.Ce n’est pas pareil.Si un objet est placé dans le vide, il n’a aucun contact avec son entourage. Sa bordure devient une frontière que rien ne franchit. Elle peut se durcir pour mieux isoler et l’objet parfaitement isolé par... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,