Le docteur Bouchon était le fabricant et le prescripteur du catholicon trized. Il ne lui restait plus qu'à en devenir l'inventeur. Des traitements administrés dans son service d'hôpital attestaient des bons résultats obtenus avec ce médicament. Des internes de son service avaient écrit des thèses visant à l'homologation du trized. Mais les procédures étaient longues, les contrôles tatillons, et le sourire biauriculaire imprimé sur la face du docteur Bouchon n'inspirait pas confiance à tout le monde.

Il avait fallu, pour lancer l'affaire, qu'il s'assure de la complicité de quelques puissances. Les soins aux malades lui facilitaient les approches, mais leur coopération coûtait très cher et le docteur Bouchon vivait dans l'inquiétude.

"O quelle puissance, à mon pouvoir attentatoire, ose paraître devant ma face ! Quelle contenance faire face à une telle insolence ! J'hésite et je doute, alors qu'il faudrait montrer de l'aplomb, balayer l'objection, passer calmement sans me montrer écorché, et emporter le morceau les doigts dans le nez et les mains dans les poches. C'est assis sur un nuage que Dieu trône et c'est en créant une vie future nichée dans l'imagination que je règne."