09 juillet 2013

moulins gracieux

Je n'aime pas les palais et je déteste le fêtes. Les uns et les autres me gènent quand ils figurent dans la peinture. Mais Nicolas Poussin et Claude Gelée travaillaient et je m'intéresse tellement aux gens qui travaillent que j'ai toujours envie de comprendre ce qui'ls font et de participer aux difficultés qu'ils rencontrent.Certes, ils peignent des palais, et parfois des fêtes, mais ils n'ont vraiment pas l'air de fêtards, et parfois, dans leur œuvre, je cherche quelquechose qui fasse mon bonheur.C'est le cas de deux moulins que... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 juillet 2013

Pirandello et l'indivicualisme

A plusieurs endroits de son £uvre, Pirandello rejette violemment l'individualisme, mais il ne le fait pas comme je fais en arrêtant le processus qui divise et subdivise avant de rencontrer l'indivisible et de le baptiser individu. Je m'arrête avant  pour prendre en considΘration une entité vivante que j'appelle un jeu et qui fait intervenir plusieurs personnes. Au contraire, Pirandello continue à diviser, et même la notion d'individu ne l'arrête pas. Il ne retient que des visions et ce qui l'arrête, c'est une forme. Les formes... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mai 2013

FRANCHINI CONTINENTAL SAÎGON

J'ai été un peu étonné de lire que l'auteur déclare être peintre car, dans ce livre il ne parait pas très artiste. En tous cas il n'est pas musicien et il est étonnant de lire 300 pages sur l'histoire d'un hôtel en vue où il n'est question ni de concerts ni de soirées musicales, d'autant plus étonnant que l'auteur est sensible à l'avilissement des mœurs, en parle tout le temps et cherche à y échapper. Or la musique est un antidote qui vient naturellement à l'esprit pour sortir d'une atmosphère vulgaire et la transcender. En fait, il... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2013

Il n'y a pas d'affaire Cahuzac

On discute beaucoup de l'ébranlement du pouvoir à la suite de l'affaire Cahuzac.Mais les paradis fisicaux sont des démembrements de la souveraineté de l'état tout autant que le seraient des conquètes territoriales. Quand deux parasites se disputent la même proie, le parasité peut s'allier à l'un contre l'autre. En prenant du recul, on voit les parasites judéo-nazis se dsiputer le mêmes richesses, les uns en volant, les autre en escroquant. Aujourd'hui, en France, l'effondrement de la puissance militaire des nazis devrait inspirer un... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 01:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2013

La blague

   Tenir parole qui tient signification comme on tient une pince qui tient un objet suffit a établir sur des bases solides et à faire vivre une société. Mais, de même qu'on ne peut pas jouer aux échecs avec un joueur de football qui shoote dans les pièces, cette vie ne peut pas tolérer en son sein qu'on ne respecte pas les règles. Il suffit d'avoir menti une seule fois pour être exclu définitivement, et si un peu de relâchement dans la parole rencontre plus d'indulgence, c'est à condition qu'il soit du à la maladresse et... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2013

Le mariage de Roland (Hugo Légende des siècles)

  L'épopée n'est plus dans nos usages. Dans le genre fantastique, qui en est peut-être l'héritier ou le résidu, en général, l'auteur nous montre ce qu'il a vu, et en même temps nous laisse entendre qu'il a des visions, sans nous entrainer franchement soit dans l'aventure, soit dans les confidences. C'est pourquoi j'accepte difficilement le fantastique de Théophile Gautier, et en lisant Hoffmann, il me faut un effort pour m'y mettre et surmonter l'impression que c'est démodé.Mais pas du tout avec le mariage de Roland. C'est un... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 01:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2012

A demain !

Tout en écarquillant ses orteils sur le yacht, Fripounette de Sainte Marie rêvait au grand Patchouli de Kuala Lumpur, ou plutôt à son compte en banque. Ses seins battaient au vent et elle cherchait à découvrir ou à inventer quelqu'autre organe qu'elle puissse exhiber pour séduire le chéquier de Patchouli.Fillon et Copé dansaient au clair de lune. Les financiers écoutaient vibrer les ordinateurs. Les spéculateurs sautaient sur les occasions et les lapins sautaient dans la poële, abreuvés de vin blanc. On était mardi, et pendant que le... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 21:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2012

LE CADRE

Un cadre rectangulaire découpe l'espace en trois dimensions: avant même qu'on aie pu entrevoir la moindre chose, le cadre a décidé qu'on ne verrait qu'une image plate . Bien des sujets ne s'accommodent pas de ce type d'analyse et les cubistes sentaient cette difficulté, mais butaient devant l'obstacle, le mettaient en avant, l'arboraient, et ne le franchissaient pas. Au contraire, un cadre rond ou ovale permet une vision en profondeur. Ainsi dans le tondo Doni de Michel-Ange. Mais cela n'exclut pas de ressentir de l'angoisse en... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 septembre 2012

LA TOUCHE DU PEINTRE ET LA PHRASE DE L'ÉCRIVAIN

Ce qui me frappe le plus dans la peinture de Cézanne, c'est qu'elle n'arrive à rien. Je ne sens pas cette impuissance comme un défaut, mais comme un inachèvement qui invite à prendre le relais et à continuer l'œuvre commencée, et je comprends la célébrité tardive de ce peintre comme le résultat d'une œuvre qui inspire plus qu'elle ne charme. Le tableau intitulé "La mer près de l'Estaque" est fortement composé. L'encadrement par le bouquet d'arbres à gauche et les rochers à droite est complèté et renforcé par de larges bandes... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 14:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 décembre 2011

A propos de Simone Martini

Sans se soucier des catégories On fait des catégories, principalement pour communiquer. Les catégorie comportent un pôle central où se réunissent ses caractères principaux, auquel se rattachent par des analogies les éléments qui vont faire partie de la même catégorie.Ainsi, en attachant plus d'importance aux ressemblances qu'aux différences, en faisant des groupements, puis des tris, et  organise les perceptions de telle manière qu'on puisse y reconnaitre des catégories. Cela permet de communiquer, et, dans la vie des hommes,... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :