26 février 2008

Justice, justesse et pronostics

L'ingérenceJe venais d'expliquer au téléphone à quel point il était désagréable de voir un énergumène aussi abject et exécré que Rachida Dati venir infecter la vie quotidienne en se montrant dans le quartier où l'on vit, sous prétexte de "campagne électorale" et que j'avais averti les patrons des établissements que je fréquente que si je la rencontrais dans leur établissement, je la vidais.Le téléphone raccroché, je sors poster des lettres, et, aperçois Rachida Dati, marchant dans ma direction en rasant le mur, embrumée et... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2008

Le moyen-age

Le moyen-age est un monde dans lequel il n'est pas toujours facile de prendre pied. Les gens de cette époque nous paraissent rustres, l'histoire cruelle, mais si on s'en tient à l'art monumental, roman et gothique, on n'en attrappe que le bout de l'oreille.C'est en partie du à la dérive et la dénaturation d'institutions ou d'usages, qui, devenus inutiles, se sont maintenus à force de rafistolages, en se transformant et en se pervertissant, pour ne disparaitre que longtemps plus tard, rejetés avec colère, quand ils étaient devenus... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2008

A propos de Nerval

Ce qui fait le charme des récits de Nerval, c'est la vie qui est dedans. Mais si cette qualité est remarquable, c'est parce qu'elle est rare et la plupart des écrits manquent de vie parce que, quand on nomme un objet, on l'isole en la séparant de son entourage. Dire "table", c'est distinguer "table" de "non table". Mais la vie est faite de relations, si on ne prend pas les relations en considération, on supprime la vie. Comme il est difficile de faire paraître les relations en parlant ou en écrivant,... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 03:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2008

Un soir à Paris

"La, si....."Le musicien est aux anges car le texte commence par deux notes et se termine par une histoire de séraphins ouatés planant en stratosphère.En réalité, le poète vient de faire le portrait du musicien, pas forcément de façon délibérée, mais simplement en suivant son inspiration qui, dans l'instant, vient de la présence du musicien.Celui-ci est un violoniste condamné à attendre les applaudissements du public parce que les violons couineurs ne sont pas des cymbales éclatantes. Pour m'expliquer que le texte que le... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2008

Qu'est-ce qu'un fantôme ?

Le fantôme des cafés-philosIl est habillé de blanc et porte des cheveux très longs. Sa pensée revient toujours à l'opposition entre le matérialisme et le spiritualisme, et on pourrait penser, depuis le temps qu'il y réfléchit, qu'il a compris comment on construit ces systèmes. Cependant, il semble qu'il n'arrive pas à comprendre que l'un n'exclut pas l'autre.On pourrait s'arrêter là. Ce serait une conclusion. Cependant,comme il revient toujours avec insistance sur la question et comme  il parle plutôt en accusateur, on peut... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 12:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 décembre 2007

la haine du genre humain

On raconte qu'en arrivant à New York en 1909, Freud disait à Jung ou à Férenczi "Ils ne savent pas que nous leur apportons la peste." C'est cette même peste dont parle Tacite à propos de l'incendie de Rome que la rumeur accusait Néron d'avoir allumé : "Néron voulut détruire cette rumeur : il inventa d'autres coupables et infligea les tortures les plus raffinées à ces hommes détestés pour leur crimes que le vulgaire appelait les Chrétiens. Le Christ, d'où ils tirent leur nom, avait été, sous le règne de Tibère, condamné... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2007

Vivaldi

Le geste était très joli et j'aurais aimé le photograhier. C'était pendant le deuxième mouvement de l'hiver de  Vivaldi qui se jouait dans un "concert de Noël" à l'église luthérienne St Jean, dans ce 7ème arrondissement de Paris que je subis. Circonstances, circonstances, simples circonstances...Sans être affecté par toutes ces circonstances, l'hiver de Vivaldi reste une partition qu'on peut jouer bien, ou bien mal, ou bien simplement moins bien qu'il le faudrait. Le quatuor Cantea le jouait bien, et même très bien.... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 17:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 décembre 2007

Charles VI le bien aimé

                                           Le hasard a fait que c'est dans un café du 7ème où j'allais acheter un paquet de tabac, que j'ai vu la presentation télévisée de Sarko de passage à l'Elysée entre deux voyages. Après avoir coupé l'émission en cours sur le grand écran de leur salle, les patrons s'étaint mis quasiment à genoux devant l'écran pour faire leurs prières. Voici à peu près ce... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2007

René Girard à l'académie

Capté par la vanité, il entre au frigidaire où se conservent les immortels, mais son arrivée réchauffe le frigidaire et le ranime.  Michel Serres, aux propos habituellement ternes, prononce un discours tonitruant comme si un coup de cymbale donnait du nerf au violoniste qui couinait d'habitude. Il déclare posément qu'un bâtiment en pierres de taille est une lapidation figée. On n'est plus dans le baroque et Marc Fumaroli est hors-jeu.Ici, René Girard en est si étourdi qu'il se fait petit et se cache derrière... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 08:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 novembre 2007

Pouvoir et fascination

L'empiètement sur le terrain de travail d'un autre en le déclarant son subordonné fait surgir un problème d'ordre où la loi de Peter et la loi de Parkinson signalent des écueils de compréhension quasiment insolubles parce que chacune secrète de mauvais arguments qui n'ont d'autre fonction que de tenir tête aux mauvais arguments secrètés par l'autre loi. On ne s'en sort qu'en cassant tout, c'est-à-dire ce rien qui est pris pour tout et qu'on appelle structure.C'est surtout vrai en France parce que les mentalités se sont construites de... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 06:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]