30 mars 2008

trascendance et folie

Un débat dans un café-philo sur la transcendance montre clairement que pour les uns, le mot signiifie quelque chose et rien pour les autres à la manière des spectres ou des apparitions que les uns voient et les autres pas. Il est bien plus fréquent que l'usage assouplisse la signification des mots en sorte qu'ils sont pris dans des sens différents par les uns et par les autres, et notamment dans la bouche de celui qui les emploie et dans l'oreille de celui qui les entend. Il semble que le mot transcendance échappe à cet... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 février 2008

A propos de Nerval

Ce qui fait le charme des récits de Nerval, c'est la vie qui est dedans. Mais si cette qualité est remarquable, c'est parce qu'elle est rare et la plupart des écrits manquent de vie parce que, quand on nomme un objet, on l'isole en la séparant de son entourage. Dire "table", c'est distinguer "table" de "non table". Mais la vie est faite de relations, si on ne prend pas les relations en considération, on supprime la vie. Comme il est difficile de faire paraître les relations en parlant ou en écrivant,... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 03:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2007

Philppe Sollers et Michel Onfray

En fait ils sont d'accord, mais on voit bien que la télévision prend un malin plaisir à les dresser l'un contre l'autre pour faire un spectacle.Je parle de Philippe Sollers et de Michel Onfrayhttp://www.dailymotion.com/visited/search/philosophie/video/xjiig_michel-onfray-cesoiroujamaisIls prennent chacun un parti différent pour se sortir de la même mouïse, et cette mouïse est l'emprise des médias. Quand Philippe Sollers allume une cigarette, quand Michel Onfray fait préciser la question, c'est évidemment du filtrage qu'il s'agit, un... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2006

Goncourt

Je n'aime pas du tout René Girard avec sa théorie qu'on aime ce qu'on vous dit d'aimer. Le moindre soupçon de cela devrait suffire à faire taire. On n'a pas le droit de parler pour ne rien dire. Et puis je lis dans le Journal des Goncourt  (14 Février 1868) "Un critique juge toujours un peu avec le public: il accepte l'opinionplutôt qu'il ne la donne". Alors, il donnerait quoi? Pourquoi écrirait-il, et pour qui? La seule réponse possible est qu'il écrit pour le directeur de son journal. Cette catégorie d'employés ne... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 mars 2006

Philippe Muray

Généralement, on parle d'un auteur quand il meurt, et quand on est passé à côté de son oeuvre, au moins, au moment de sa mort, ce qu'on en dit donne l'occasion de faire sa connaissance.Je ne connais pas beaucoup l'oeuvre de Philippe Muray qui vient de mourir. Mais je sais au moins qu'il mérite qu'on le lise. Les médias en parlent peu et ceux qui en parlent en parlent mal, et se copient les uns sur les autres pour faire leur article.J'ai la chance qu'on m'a offert un de ses ouvrages. Cela m'impose de dire qu'il mérite d'être lu en... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mars 2006

Hommage à Purswaerden

Je n'ai aucun reproche à faire aux lecteurs qui ne répondent pas (de quel droit pourrais-je le leur reprocher ?), mais j'éprouve une joie immense quand un lecteur me répond avec intelligence. Le commentaire que je reçois au message "phototogénie" me comble d'aise. Il est signé Purswarden à cause du Quatuor d'Alexandrie de Lawrence Durrell. Dans le petit jeu auquel s'est livré l'auteur, on substitue un observateur à un autre, ce qui produt un autre point de vue. Mais, en dessous, il y a un autre jeu, qui n'est pas celui de la... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :