07 février 2011

Réveil de l'intelligence

A propos de  la Côte d'ivoire et maintenant de la Tunisie, je remarque un peu de discordance entre les journaux parisiens. Ce n'est pas très net, et çà ne va peut-être pas durer, mais, aussi léger et furtif que cela soit, c'est un évènement politique d'une énorme importance car dés que la moindre discordance rompt l'unanimité, l'empoisonnement médiatique n'écrase plus et des gens se mettent à réfléchir alors que cette idée ne leur était encore jamais venue à l'esprit. Lao Tseu dit de regarder ce que montre le doigt et non le... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 janvier 2011

L'instant de voir ou le moment de conclure ?

"L'instant de voir, le temps de comprendre, et le moment de conclure", disait Lacan. Cette façon de considérer les choses de la vie fait de la vision un intercesseur qui sort la pensée de sa torpeur pour un temps dont la durée reste à déterminer. C'est une proposition qui me parait acceptable au moins pour un essai. Je l'emprunterai donc pour en faire l'essai. Si je comprends et conclus tout de suite, la spéculation ne s'amorce pas, faute d'expectative. Le rire en tient lieu. Quand je voyais une procession s'adresser à... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 04:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mai 2010

TROMPER DETROMPER

Auras-tu toujours des yeux pour ne pas voirRacineJe l'ai vu, dis-je vu, de mes propres yeux vu, ce qui s'appelle vu.Molière Qu'il s'agisse de tromper ou de détromper, il s'agit d'un processus déterminant, mais très difficile à repérer et encore plus à mesurer. Mais nous sommes dans un moment particulièrement favorable pour l'observer, et c'est de là que je pars.Le processus que je vais schématiser se déroule rarement complètement. Il est arrêté quand il est compris et maitrisé. Mais quand l'est-il ? A - LE SCHEMA1 - La concurrence... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 12:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 mars 2008

trascendance et folie

Un débat dans un café-philo sur la transcendance montre clairement que pour les uns, le mot signiifie quelque chose et rien pour les autres à la manière des spectres ou des apparitions que les uns voient et les autres pas. Il est bien plus fréquent que l'usage assouplisse la signification des mots en sorte qu'ils sont pris dans des sens différents par les uns et par les autres, et notamment dans la bouche de celui qui les emploie et dans l'oreille de celui qui les entend. Il semble que le mot transcendance échappe à cet... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 février 2008

Le moyen-age

Le moyen-age est un monde dans lequel il n'est pas toujours facile de prendre pied. Les gens de cette époque nous paraissent rustres, l'histoire cruelle, mais si on s'en tient à l'art monumental, roman et gothique, on n'en attrappe que le bout de l'oreille.C'est en partie du à la dérive et la dénaturation d'institutions ou d'usages, qui, devenus inutiles, se sont maintenus à force de rafistolages, en se transformant et en se pervertissant, pour ne disparaitre que longtemps plus tard, rejetés avec colère, quand ils étaient devenus... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2007

la haine du genre humain

On raconte qu'en arrivant à New York en 1909, Freud disait à Jung ou à Férenczi "Ils ne savent pas que nous leur apportons la peste." C'est cette même peste dont parle Tacite à propos de l'incendie de Rome que la rumeur accusait Néron d'avoir allumé : "Néron voulut détruire cette rumeur : il inventa d'autres coupables et infligea les tortures les plus raffinées à ces hommes détestés pour leur crimes que le vulgaire appelait les Chrétiens. Le Christ, d'où ils tirent leur nom, avait été, sous le règne de Tibère, condamné... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2007

René Girard à l'académie

Capté par la vanité, il entre au frigidaire où se conservent les immortels, mais son arrivée réchauffe le frigidaire et le ranime.  Michel Serres, aux propos habituellement ternes, prononce un discours tonitruant comme si un coup de cymbale donnait du nerf au violoniste qui couinait d'habitude. Il déclare posément qu'un bâtiment en pierres de taille est une lapidation figée. On n'est plus dans le baroque et Marc Fumaroli est hors-jeu.Ici, René Girard en est si étourdi qu'il se fait petit et se cache derrière... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 08:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 mars 2007

Le bien et le mal

C'est une distinction qu'on aimerait abolir pour ne pas tomber dans le piège de reprocher aux êtres vivants d'être ce qu'ils sont. On ne reproche pas à un crocodile, un moustique ou un serpent d'être ce qu'ils sont . Mais aussitôt qu'en rêve, on supprime la distinction du bien et du mal, on remarque qu'on ne peut pas le faire parce qu'aucune relation n'est possible autrement que sous une forme qui comporte une règle et du jeu, et, - ne serait-ce que pendant la durée d'une partie -  tricher est mal.Et, dés lors qu'il y a du mal... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2007

les bigots

Les bigots1 - La docilité des jésuites et des officiers de la gestapo n'est pas considérée comme une docilité passive et résignée mais comme  une occasion de nuire impunément en appliquant le précepte "Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage".La fortune de cette catégorie de malfaiteurs qui glorifie ses méfaits repose sur une accusation qui vise à transformer le méfait en châtiment. Mais en réalité le châtiment sert à établir le méfait et ce  serait entrer dans leur jeu que d'en discuter. Mais en restant... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2006

Du sacré au sérieux

Le lien social Quand l'escroquerie judéo-chrétenne se met à foirer, le bigot ne vend plus de miracles, le juif ne vend plus de chapelets et Lourdes, privé de pélerins, tombe en déconfiture.C'est ce qui s'est produit pour le projet de constitution européenne et c'est ce qui se produit pour la constitution française: le lien social ne tient plus et la bureaucratie qui reste, penaude, ne se fie plus qu'au plein emploi, comme le baron de Münchausen qui se tenait à son bras pour ne pas se noyer.Car l'état n'embauche pas des gens payés... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :