08 septembre 2014

catholicon

Le docteur Bouchon était le fabricant et le prescripteur du catholicon trized. Il ne lui restait plus qu'à en devenir l'inventeur. Des traitements administrés dans son service d'hôpital attestaient des bons résultats obtenus avec ce médicament. Des internes de son service avaient écrit des thèses visant à l'homologation du trized. Mais les procédures étaient longues, les contrôles tatillons, et le sourire biauriculaire imprimé sur la face du docteur Bouchon n'inspirait pas confiance à tout le monde.Il avait fallu, pour lancer... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juillet 2014

Chéramy

Invariablement, il s'adresse à n'importe quel interlocuteur en l'appelant "Cher ami" qu'il prononce  d'une voix aigüe avec une expression affable, pas très naturelle, mais pas forcée non plus, qu'on ne peut pas nommer sourire. Comme il joue de la clarinette, je dirai que la formule donne le ton d'une petite musique de cérémonie, mi-blague, mi-sentence, qui le caractérise si bien que dans le quartier où tout le monde le connait, personne ne l'appelle autrement que Chéramy.Professeur de prépa à Stan où il enseigne l'anglais, on le... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2013

Pirandello et l'indivicualisme

A plusieurs endroits de son £uvre, Pirandello rejette violemment l'individualisme, mais il ne le fait pas comme je fais en arrêtant le processus qui divise et subdivise avant de rencontrer l'indivisible et de le baptiser individu. Je m'arrête avant  pour prendre en considΘration une entité vivante que j'appelle un jeu et qui fait intervenir plusieurs personnes. Au contraire, Pirandello continue à diviser, et même la notion d'individu ne l'arrête pas. Il ne retient que des visions et ce qui l'arrête, c'est une forme. Les formes... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mai 2013

FRANCHINI CONTINENTAL SAÎGON

J'ai été un peu étonné de lire que l'auteur déclare être peintre car, dans ce livre il ne parait pas très artiste. En tous cas il n'est pas musicien et il est étonnant de lire 300 pages sur l'histoire d'un hôtel en vue où il n'est question ni de concerts ni de soirées musicales, d'autant plus étonnant que l'auteur est sensible à l'avilissement des mœurs, en parle tout le temps et cherche à y échapper. Or la musique est un antidote qui vient naturellement à l'esprit pour sortir d'une atmosphère vulgaire et la transcender. En fait, il... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2010

Le nouveau premier ministre

Coincé entre le Littré et la cocotte minute, l'oreiller s'écrasait mollement. Ses plumes repliées sur elles-mêmes, et nostalgiques d'oie se rêvaient volatiles. Au volant, le ministre regardait la télévision; le canon d'un pistolet était appuyé sur sa tempe et l'écran de télévision relatait son enlèvement. Le regard de la fourmi allant du canon à la crosse, de la crosse au poignet, et du poignet au bras immense et puissant, gonflait sa surprise de se trouver dans un camping-car roulant par magie sur le monde de la terre et des pierres,... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 22:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2009

Déposition imaginaire

J'ai l'habitude de préparer une conférence que je vais écouter comme si je devais la prononcer parce que cela m'aide beaucoup à bien écouter en mettant en évidence ce qui s'écarte de ce que j'avais, sinon prévu, du moins imaginé.Et, comme Mr Van Ruynbeke est cité comme témoin dans l'affaire clearsteram, j'ai imaginé une déposition. Formellement, un conférencier est supposé informer un public ignorant et un témoin est censé informer un tribunal de faits dont il est le seul à avoir connaissance. Mais en réalité, l'intérêt que le public... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mai 2009

Une autre histoire

Comme un film sur "Mère folle" est en train de se faire, j'affiche un texte que j'avais écrit il y a très longtemps à propos de l'auteur.Pour devenir écrivain, il faut pouvoir vivre de sa plume. Mais alors, comment faire bouillir la marmite ?L'auteur de ce "récit" y renonce donc, mais une lectrice reprend le flambeau, et un film est en train de se faire  là (http://www.crazymothermovie.com/) J'avais imaginé une autre suite: <!-- @page { margin: 2cm } H1 { margin-top: 0.21cm;... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 septembre 2008

scenario

LE CHOIX D’UN METIER Personnages: quelques enfants, un balayeur, un psychologue, un grand-père, passants PREMIÈRE PARTIE Dans la rue, sur le trottoir. Les enfants regardent les gens qui passent.Quelqu’un sort pressé avec cravate et serviette. Il se demande ce qu’il faut qu’il fasse. En arrière plan une femme avec un téléphone portable tape du pied et manifeste son impatienceDes balayeurs avec parka jaune et balais verts en plastique, détendus, balayent le caniveau. L’un d’eux s’adresse aux enfants- Ça va, les gosses ?- Oui, mais... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juillet 2008

MAX

La première idée qu'il avait dans le tête était de faire çà. Mais, comme il n'avait pas beaucoup de sous, il n'avait pu acheter que çà. C'était une vieille baraque au bord d'un étang à l'orée d'un bois. Pour presque rien, Max avait acheté la baraque, gratté la peinture et remis en vue l'enseigne où l'on pouvait lire "chasse et pêche" Mais, quand j'ai voulu aller le voir pour manger une friture et un lièvre en joyeuse compagnie de chasseurs et de pécheurs, Max n'était plus là. J'ai demandé ce qu'il était devenu et on... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2008

les comploteurs

Le complot est l'occupation favorite des gens vicieux. En y adjoignant quelque peu de calomnie, le complot se transforme en cabale, et c'est leur manière de donner du sens à leur vie. Je ne comprends pas le plaisir qu'ils trouvent là mais j'imagine qu'ils éprouvent un plaisir indirect, une sorte de victoire emportée sur le déplaisir, comme une revanche prise sur la vie. Iago, Narcisse s'en prennent au héros, à l'empereur qu'il pervertissent pour en faire leur jouet. Ainsi, ils participent quelque peu à leur puissance.La... [Lire la suite]
Posté par rjondeau à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]